Help! Je comprends rien à la levure ! (guide de survie inside)

11:01 Ornithorynque Chafouin 12 Comments



Je sais pas toi, mais moi j'ai longtemps galéré entre toutes les sortes de levures existantes. Par manque de temps, je me suis jamais penchée sur les raisons d'une telle diversité et je me suis toujours contentée de suivre la recette, au moins sur ce point. 
Sauf que parfois, souvent même, on t'emmerde avec la levure fraîche et que toi t'en as pas de la levure fraîche et du coup tu prends le premier sachet de levure qui passer et tu finis pas chialer sur ta brioche qui a jamais monté. 
Pour te (nous) sortir de cette galère, voilà le guide de survie de la levure: 

On commence par un petit panorama des levures: 

La plus connue: la levure "chimique"


Le petit sachet rose que tout le monde a dans son placard. Alors c'est quoi la "levure chimique" ? Bah grosso merdo c'est du bicarbonate de soude, auquel on ajoute un agent acide et un stabilisant. 
On l'appelle "chimique" par opposition à la levure au sens traditionnel qui est, elle, bien vivante. 

La levure chimique ça sert à quoi ? Et ben à faire gonfler les gâteaux. Et c'est tout. Pas de levure chimique en boulangerie ou en viennoiserie non non non c'est le ratage assuré. 

"Pourquoi donc?" te demandes-tu. Eh ben c'est tout simple: la levure chimique, elle s'active tout de suite, au contact d'un liquide - ou de ta pâte à gâteau- et produit immédiatement du dioxyde de carbone qui va donc faire monter la pâte de manière uniforme. 

C'est pour ça que c'est mieux de la mettre en dernier dans les préparations de gâteaux et de ne pas faire attendre avant de l'enfourner. Du coup si tu la mets dans ta pâte à brioche et que tu la laisses lever 3h au frigo, ta levure chimique elle sera morte depuis longtemps et ça poussera pas. 

La plus relou: la levure de boulanger


J'aime bien faire des viennoiserie et même un peu de boulangerie, parfois. Mais putain la "levure de boulanger" c'est une tannée. 

La levure de boulanger c'est aussi ce qu'on appelle la "levure fraîche" et qu'on trouve sous forme de cubes. Et là on parle bien de levure vivante: de champignons, quoi. Du coup, non seulement on la trouve pas partout mais en plus il faut la conserver au frais et l'utiliser rapidement. Bref chiant chiant chiant. 

la levure de boulanger ça sert à quoi ? à la boulangerie, donc. Aux viennoiseries aussi. 
Comme la levure chimique, elle va dégager du Co2 mais contrairement à la première, elle a besoin de temps parce qu'elle fermente. C'est donc pendant les temps de "pousse" qu'elle a le temps de s'activer. Du coup, c'est long, et on y peut rien. 
Au niveau des proportions, il faut compter environ 20g de levure fraîche pour 500g de farine. 

La plus easy: la levure briochin


C'est une levure de boulanger... Mais sèche. Et Instantanée. C'est exactement la même. Avec les mêmes caractéristiques que la précédente. Sauf que ça se conserve nickel, comme la levure chimique. Même pas besoin de la réhydrater pour qu'elle s'active. 
Pour les proportions c'est environ 1 sachet (10g) pour 500g de farine. 

La plus mieux: la SAF

Bon la SAF, on la trouve pas partout. C'est, une levure sèche active. Contrairement au briochin, il faut l'activer en l'hydratant. 
Mais elle présente le gros avantage par rapport à la levure briochin d'être "packagée" en grand format, et d'être vraiment pas chère. 
Et personnellement je trouve qu'elle laisse moins de goût et qu'elle gonfle mieux. Tout benef quoi. 

Pour ce qui est du dosage, c'est environ 1 cuillère à café et demi pour 500g de farine. 

Bon. Tu as bien tout suivi ? Maintenant on sait tout des réactions des levures, mais finalement on sait toujours pas s'en servir. 

On se sert comment de la levure, alors ? 

Je pense qu'après ce petit exposé théorique, il est acquis que:
- la levure chimique, c'est bien, mais que pour les gâteaux. 
- pour la boulangerie et la viennoiserie il faut se servir de levure "vivante". A toi de choisir entre levure de boulanger fraiche, briochin ou SAF, elles sont interchangeables. 

Les interactions, quelles interactions ? 

Souvent on lit " Ajouter la farine, la levure et le sel MAIS oh lala ATTENTION tu mélanges pas la levure et le sel hein." OK. On fait comment alors ? Et POURQUOI ? 

Alors je te le dis tout de suite: Non. Faut arrêter de nous emmerder avec la levure et le sel.
D'abord, si on parle de levure chimique, et ben elle en a rien à foutre du sel. Rien. Tu mets les trucs comme tu veux, dans l'ordre que tu veux, personne ne s'en offusquera. Et d'ailleurs, la plupart du temps, ça sert à rien de mettre cette "pincée" de sel qu'on retrouve partout. 
Quid de la levure fraîche ? Et ben pareil. On s'en fout. Au pire, tu vas changer la couleur de ta levure. Mais c'est tout. Le sel ne "tue" pas la levure, cessez donc de vous compliquer la vie. 

Et la levure et le sucre, alors ? 
Encore une fois, la levure chimique s'en fout. On a bien compris que la levure chimique se la jouait un peu perso. 
En revanche, la levure fraîche, elle, se nourrit de glucose. Du coup, si tu mets en contact direct la levure fraîche et le sucre ça va fermenter à mort. C'est pour ça qu'on dilue en général la levure dans du lait ou de l'eau d'une part, qu'on mélange les ingrédients secs de l'autre et qu'on réunit le tout en dernier. 

On finit avec la levure et la température. Pour changer, on parle de la levure fraîche. Souvent dans les recettes tu vois qu'il faut la délayer dans un liquide "tiède". Et, une fois cette étape passée, je t'annonce que tu as de bonnes chances d'avoir tué ta levure. Désolée. 
Parce que forcément, toi tu sais pas que la levure commence à décéder à 40°, qu'elle meurt complètement à 50° et évidemment t'as pas de thermomètre pour vérifier que le liquide est bien à 38°, température idéale pour activer la levure. 
Si tu n'es pas équipée, je te conseille de délayer ta levure dans un liquide presque froid plutôt que tiède. Quitte à laisser la pâte reposer plus longtemps. 
Pour contrebalancer cette perte de temps, tu peux laisser la pâte lever dans le four à 30°, pas plus. Encore une fois, si tu n'as pas de four suffisamment précis, et que tu ne maîtrise pas à fond ton four, ne suit pas les recettes qui te disent de le préchauffer, de laisser refroidir et de mettre ta pâte à lever à l'intérieur. Tu prends plus de risques qu'autre chose. 

Voilà. Je crois (j'espère?) avoir fait le tour des problèmes récurrents autour de la levure. Mais au final, le seul mystère qu'on ne résoudra jamais c'est quand même bien celui du "demi-sachet de levure" qu'il faut pour tous les gâteaux. Tout le temps. Putain alsa, quand c'est que tu nous fais des demi-sachet et qu'on arrête de galérer ? Merci. 


Merci merci! 

12 commentaires:

Pimp my Coleslaw!

06:34 Ornithorynque Chafouin 5 Comments

Le coleslaw ça fait partie de ces trucs que j'aime en théorie. Comme le cheesecake. En fait, ça me fait toujours envie et quand j'en mange, je suis toujours déçue. A force de tester tous les cheesecakes du monde un avis m'avait même suggéré que peut être qu'au fond, j'aimais juste pas ça. Mais je refuse de m'y résoudre et je suis toujours en quête de la recette parfaite. Mais revenons au coleslaw. Sur le papier, ça a l'air bon. Mais en vrai, c'est toujours noyé dans la sauce à la mayonnaise et, pire encore, parfois y'a des raisins secs planqués dedans (les putes). 
Donc je me suis lancée dans un coleslaw à ma façon qui n'a donc pas grand chose à voir avec la "vraie recette", mais qui me plait. 
Elle me plait d'abord parce que j'ai modifié la sauce et largement allégé la dose de mayo. Ensuite, j'ai ajouté des corn flakes. Oui c'est chelou. Non t'es pas obligé d'en mettre. Mais teste c'est super bon. Encore une fois, j'ai piqué l'idée dans un resto, le dôme du marais, qui fait une super salade de choux frisé.... avec des corn flakes. 


Pour 2 personnes: 

- 2 carottes
- 1/4 de chou blanc
- 1 yaourt nature
- 2 cuillères à café de vinaigre de cidre
- 1/2 pot de yaourt de mayonnaise
- 2 cuillères à café de soja
- un peu de graines de sésame
- un peu de corn flakes (allez teste, tu verras, c'est bon)


La préparation est hyper simple si toutefois tu as un robot pour découper les légumes. Sinon, bon courage à toi c'est super chiant. 
Donc: il suffit de râper, pas trop fin, les carottes et le chou. 
Ensuite, on prépare la sauce, en mélangeant le yaourt, le vinaigre, la mayo et le soja. 


Là, tu te doutes: tu mélanges la carotte, le chou et la sauce et tu as presque fini ton coleslaw. 
Au moment de servir, j'ajoute les graines de sésame et un peu de corn flakes sur le dessus, pour le croustillant. 

Tu noteras que j'ai pas précisé mayonnaise faite maison. Et pourtant c'est en général bien meilleur. Mais pour le coup, cette "salade" se conserve hyper bien plusieurs jours au frigo. C'est même encore meilleur quand les légumes sont bien imbibés de sauce. Du coup si tu le fais avec de la vraie mayo maison, ça se conservera moins bien et c'est dommage. 


Merci merci ! 

5 commentaires:

Battle food #13: Crabcakes sauce mangue-citron vert

06:00 Ornithorynque Chafouin 17 Comments

Le thème de cette 13e édition de la battle food choisi par est elle gourmande est.... "les panés croustillants". 
Moi dès qu'on me dit "pané", ça me parle. J'aurais pu vous refourguer ma vieille recette de camembert pané (ici) tellement c'est bon. Mais on va pas se mentir: on est partis pour bouffer de la raclette/tartiflette/fondue jusqu'en mai. Du coup j'ai pensé aux crabcakes: c'est pané oui, mais ça reste "léger" hum. Et pour ajouter une touche de gaieté dans nos mornes vies hivernales, je les ai servis avec une sauce mangue-citron vert. En vrai, j'ai carrément piqué toute l'idée du plat au fish Club sauf que je n'ai pas le talent du chef (et que j'ai changé la moitié des ingrédients).


Bref, pour rappel, c'est sunrise oversea qui a créé la battle food, et pour cette édition, les participants sont les suivants: 

parfaimdaromes - lagodiche - gourmandises-et-bavardages - epicesetmoi - once-upon-a-cook - regaleries - leblogdepouce - delicescookies - lacuisinedesof - agoodcookingday - cuisinedemma - dansmapetitecuisine - sunriseoversea - manouchoux - histoiresdefruit - casserolesetclaviers - cooksmopolitan - radisrose - cherrycherieleblog - framboises-et-bergamote - doriannn - familyscook - monampersand - happyfoodblog - infinimentcuisine cookingsbubble - floencuisine - lealiola - chezrequia - marineiscooking - lacuisinedannaetolivia - emilieandleassecrets - sokeen - samkonait - chichichoc - cook-with-love - Julie Remacle - lesrecettesdejuliette - delapeauaunoyau - ciliaetseshobbies - bistrodejenna gourmetetgourmand -  safrangourmand - petitsplatsgeek - happy2cook - boucheabouches - clickcookandtaste - alatitecuillere - lesmidinettes -mesptitsplatsdanslesgrands

On passe à la recette: 

Pour environ 6 crabcakes, soit une entrée pour 2 personnes: 
- 125g de chair de crabe égouttée
- 1 oeuf
- 40g de chapelure de pain
- 1 cébette
- une cuillère à café de piment doux
- une cuillère à café de moutarde
-1/2 mangue
- 1 citron vert
- sel, poivre et huile de tournesol

On commence par casser l'oeuf dans un saladier et par le battre en omelette. On lui ajoute ensuite la cébette coupée en petit morceaux, le piment, la moutarde, le sel et le poivre. 
Quand le mélange est bien homogène on ajoute la chair de crabe, et on finit par la chapelure. Moi, j'ajoute aussi un tout petit peu du jus de citron vert qui servira à la sauce. 
C'est important de bien mélanger pour que tous les morceaux de crabes soient enrobés. 
On prend alors un peu de pâte pour faire des boulettes d’environ 5 à 6cm de diamètre qu'on applatit avec la paume de la main. 
On pose sur une assiette, et hop, au frais pour une petite demi heure, le temps que ça fige. 


Pendant ce temps, on peut préparer la sauce, si on peut parler de préparation puisqu'il suffit de mixer la mangue et le jus du citron vert. 


Une fois la demi heure écoulée, il suffit de faire revenir les crabcakes dans une bonne quantité d'huile (quand même) et donc, à la poêle, si t'as un peu suivi. 
Il faut compter 5-7 minutes pour que les crabcakes soient bien dorés. 

Et voilà! 


Merci merci ! 


17 commentaires:

[Guest] Cidre chaud, ou de quoi tenir l'hiver.

19:31 Ornithorynque Chafouin 3 Comments

Pour la première fois le blog a l'immense honneur d'accueillir un guest, et pas des moindres, puisqu'il s'agit de Monique (alias @Milei_K) soit l'inspiration des fameuses patates à la Monique.

Outre ses compétences culinaires incontestables, Monique a aussi un très cool tumblr où tu trouveras de chouettes idées de gâteaux pour tes prochaines baby shower. Et en plus, tu constateras qu'elle fait de bien plus jolies photos que moi. Tu peux aller immédiatement admirer son oeuvre ici.

Si tout ça te suffit pas à aimer Monique d'Amour, je te laisse apprécier sa recette (et sa prose).
(en plus, ça te permettra de finir le cidre que t'avais si peu entamé avec la recette du gâteau aux pommes et au cidre)


"Salut c’est Monique! Ça va? Bien bien ?

Comme on commence à se peler les miches, ici de l’autre côté du mur (je suis en relationship avec Jon Snow)  voici une recette de cidre chaud (c’est comme du vin chaud mais avec du cidre) pour les soirées entre amis (celles où l’on joue à Richesses du Monde)

il te faudra: 
-          1 bouteille de cidre doux 75cl
-          1 orange avec l'écorce, coupée en rondelles (ou en cubes) (j’avais pas d’orange j’ai mis une pomme LOL)
-          2 cuillères à soupe de sucre roux
-          1 bâton de cannelle
-          Des épices que tu veux (anis étoilé, girofle, cardamome, pas tout en même temps quand même, quoi que) J’avais pas beaucoup d’épices (j’avais bien préparé mon coup) alors j’ai mis un sachet tout prêt d’épices pour vin chaud qu’on trouve dans le commerce. En tout cas dans les commerces d’ici.



Alors reste bien concentré parce que c’est pas easy easy :

Tu mets la bouteille de cidre dans une grande casserole (enfin le contenu me fous pas la boutanche dans le fait-tout sois pas conne Chantal) avec tous les ingrédients, tu fais bouillir, puis, quand ça bouillite tu baisses le feu et laisse mijoter 10 minutes.En déco tu peux mettre une pomme tunnée à l’emporte pièce, un bâton de cannelle, une étoile d’anis, des jantes alu, ce que tu veux.C’est prêt ! Merci bye."




(en guest bonus, Hervay, le meilleur chat des internets)
(et un grand Merci à Monique <3 )

3 commentaires:

Gâteau d'automne aux pommes et au cidre

06:30 Ornithorynque Chafouin 8 Comments

Oui, je sais. ça ne manque pas de gâteau aux poires et aux pommes ici. Mais s'il ne fallait en retenir qu'une pour cette hiver ce serait celle là. Le mélange cidre-épices-pomme est juste parfait, le gâteau est moelleux.... Seul reproche.... Il est difficile à présenter. J'ai trouvé que le résultat dans le moule était très satisfaisant, en revanche, impossible de le démouler, j'ai du le servir dans mon moule moche. Donc la prochaine fois, j'utiliserais un moule à charnière. Avec une boule de glace vanille, c'est bonheur. 


Il faut préparer séparément les pommes et l'appareil à gâteau: 

Pour les pommes: 

- 6 pommes
- 115g de sucre
- 250ml de cidre doux
- 1 gousse de vanille
- un peu de cannelle

Pour l'appareil à gâteau: 
- 210g de farine
-1 sachet de levure
- 100g de beurre mou
- 90g de sucre roux
- 2 oeufs
-des épices: moi j'ai remis deux pincées de cannelle environ et une pincée de gingembre


Dans une sauteuse, on met à chauffer le cidre et le sucre. Quand le mélange commence à bouillir, on ajoute les pommes (qu'on aura évidemment épluchées et découpées en tranches) et la gousse de vanille fendue. On laisse caraméliser à feu fort pendant quelques minutes. 

Quand les pommes sont prêtes, on en récupère environ 1/3 (les plus moches) pour les réduire en purée. On réserve le tout et on passe au gâteau. 


On commence par préchauffer le four à 180°. 
On mélange ensuite le beurre et le sucre roux à la fourchette. On ajoute ensuite les oeufs à un un et on finit par la farine, la levure et les épices. 
Quand le mélange est bien homogène on ajoute la purée de pomme. 


Dans un moule rond, on verse la préparation à gâteau. On récupère ensuite les pommes caramélisées et on garde le reste de cidre de côté. On dispose à peu près joliment les pommes sur le dessus du gâteau, c'est mieux. 

Et hop, au four pour 35 minutes environ. Quelques minutes avant la fin de la cuisson, on récupère le reste de cidre caramélisé et on verse sur le dessus du gâteau. nomnomnom.


Merci merci ! 

8 commentaires:

Quiche au brocoli et bleu des causses

06:30 Ornithorynque Chafouin 5 Comments

A force je me demande si j'ai pas un problème avec les légumes. J'en mange beaucoup, souvent, mais je peux pas m'empêcher de les noyer sous le premier fromage qui passe. ça doit être l'hiver. 
J'ai pris un bleu des causses pour cette recette mais c'est pas obligé. En fait, on peut la faire avec n'importe quel bleu. Toutefois, je ne recommande pas le roquefort: le goût risque d'être trop puissant et un peu écoeurant. A moins de réduire drastiquement les quantités. Pour un goût plus subtil, le bleu d'auvergne c'est parfait. Donc par déduction, j'ai choisi le bleu des causses parce qu'il est ni trop fort ni trop fade. Si vous voulez m'embaucher pour bosser dans votre fromagerie, je suis dispo. 
Bref, après la quiche de l'été et la quiche aux poireaux, la quiche de l'automne. Et en plus, elle mérite de figurer dans la section "recette de la flemme" tellement elle est rapide à faire. 


Pour 1 quiche: 

- 1 pâte brisée
- 20cl de crème fraîche
- 3 oeufs
- 500g de brocolis frais
- 125g de bleu des causses


On commence par détailler le brocolis frais en petits bouquets, que l'on fait cuire à la vapeur environ 20 à 25 minutes. Ils doivent être encore un peu croquant, sinon ça va être très vilain à la cuisson. 

Pendant ce temps, on précuit la pâte à 180°, en la piquant à la fourchette, environ 15 à 20 minutes. 

Quand tout est prêt, il ne reste plus qu'à préparer l'appareil à quiche: pour ça on mélange la crème fraîche et les oeufs et on assaisonne (moi je ne sale pas, avec le bleu ça suffit, mais je poivre bien). Je rajoute enfin la moitié du fromage découpé en morceaux dans l'appareil. 

On sort la pâte précuite, on dispose les petits bouquets de brocolis dessus, puis on verse l'appareil à quiche. Pour finir, on découpe en tranches le reste de bleu et on pose sur le dessus. 

Il ne reste plus qu'à mettre au four, toujours à 180° pour 30 à 35 minutes. Easy, hein ?


Merci merci ! 






5 commentaires:

Gratin de chou-fleur, bacon & cheddar

07:00 Ornithorynque Chafouin 6 Comments

Le chou-fleur c'est bon. Mais le gratin de chou-fleur-béchamel-jambon c'est chiant, un peu. Alors qu'il suffit quand même de pas grand chose pour que ça soit plus fun, et le pas grand chose c'est souvent du bacon.


Pour 4 personnes: 

- 1 chou fleur
- 4 tranches de poitrine fumée
- 80g de cheddar râpé
- de la béchamel toute prête, ou :
  •  30g de beurre
  • 30g de farine
  • 40cl de lait
  • poivre et muscade
On commence par préparer le chou fleur, si on l'a acheté frais, en découpant la tige centrale, puis en découpant les petits "bouquets". On peut tout aussi bien se servir de chou-fleur surgelé, en pensant à le décongeler suffisamment longtemps avant. 



Si on le choisit frais, je préfère le cuire à la vapeur, ça l'abîme moins que dans l'eau bouillante. Il faut compter environ 15 à 20min. 

Pendant la cuisson du chou-fleur, on râpe le cheddar - j'ai choisi de l'extra-fort, mais c'est selon les goûts, et on fait revenir à la poêle les tranches de poitrine fumée. On les laisse quelques minutes sur du papier absorbant pour ôter l'excès de gras et on les découpe en petits morceaux. 

Une fois le chou-fleur cuit, on le place dans un plat à gratin, on parsème de morceaux de poitrine fumée et on nappe de béchamel; mélangée à environ la moitié du cheddar râpé. 


Si tu fais ta béchamel toi même, c'est simple: 
tu fais fondre le beurre dans une casserole. Tu ajoutes la farine en pluie et mélanges. Tu ajoutes enfin le lait, que tu auras préchauffé rapidement au micro-ondes, sans cesser de tourner, à la spatule en bois. Au début, il faut mélanger assez vivement pour éviter de faire des grumeaux, une fois que le mélange est assez liquide, on mélanges plus doucement pour laisser le temps à la crème d'épaissir.
Tu poivres et ajoutes un peu de muscade. Je ne sale pas à cause du bacon et du cheddar dans le reste de la recette. 

Enfin on parsème le reste de cheddar sur le dessus du gratin et on enfourne à 200° pour environ 15min.


Merci merci ! 


6 commentaires:

La recette sexy du lundi : la carbonade flamande

07:00 Ornithorynque Chafouin 4 Comments

Je l'ai évoquée dans ma recette du pain d'épices. Mais en vrai, je n'avais fait le pain d'épices que pour faire une carbonade. La dernière fois que je suis allée à Bruxelles, je me suis nourrie exclusivement de carbonade pendant 3 jours. 
Vous voyez l'étendue de l'obsession ? 
Pour ceux qui ne connaissent pas il s'agit d'un plat longuement mijoté, à base de boeuf, de pain d'épices et de bière. Toute la légèreté et la subtilité de la cuisine belge, quoi. 
Je précise tout de même que je vous donne ici la recette de la carbonade à ma façon, qui ne correspond sans doute pas à la recette traditionnelle. Donc intégristes belges, passez votre chemin. Bisous.
Ah et warning: la carbonade doit mijoter 4h. Ne t'y prends pas à 20h. 


Pour 2 personnes: 

- 300g de viande de boeuf à mijoter (moi ce que je préfère c'est le paleron. Le gîte c'est possible aussi. Et si vraiment tu as la flemme d'aller chez le boucher, tu peux prendre de la hampe qu'on trouve en supermarché)
- 33cl de bière (le choix de la bière est très important, puisque c'est là dedans que la viande va mijoter.Le mieux du mieux c'est de prendre de la Duvel, histoire de rester Belge. Mais une bière brune quelconque marche aussi)
- 1/2 oignon
- 2 tranches de pain d'épices
- de la moutarde
- un peu d'huile
- une petite poignée de farine


On commence par faire revenir le demi oignon émincé dans l'huile dans une grande casserole ou une marmite. Une fois les oignons bien dorés, on ajoute la viande, qu'on laisse légèrement griller à l'extérieur. On farine légèrement la viande et on mélange. 

Une fois la viande et les oignons bien saisis, on verse la bière et on porte à ébullition, le temps de tartiner le pain d'épices de moutarde. Comme j'aime bien que la carbonade soit un peu relevée, j'ajoute dans la bière une cuillère à soupe de moutarde et je mélange bien pour qu'elle se dilue dedans. 
On dépose ensuite le pain d'épice tartiné de moutarde sur le dessus de la casserole, côté moutarde sur le dessus. 

On baisse alors le feu au plus doux, et on laisse mijoter 4h en mélangeant de temps en temps pour que ça n'attache pas. 

Petite précision: on peut moduler l'épaisseur de la sauce. Moi j'aime bien qu'elle soit un tout petit peu liquide, du coup je rajoute souvent un petit verre d'eau en cours de cuisson. En revanche, pour une sauce plus épaisse, on rajoute un peu de maïzena en fin de cuisson. 

Théoriquement, la carbonade peut se servir avec des frites. Personnellement, je trouve que ça fait un peu lourd. Et pourtant, j'ai assez peu de limites sur la bouffe grasse. Du coup, je la sers en général avec des pommes de terre et des carottes cuites à la vapeur. 


Merci merci ! 

4 commentaires:

Cookies au beurre de cacahuète et aux pommes

07:00 Ornithorynque Chafouin 2 Comments

J'adore tremper des morceaux de pommes dans le beurre de cacahuète, j'avais envie de faire des cookies, bim le cookie beurre de cacahuète-pommes.


Pour environ 8 cookies: 

- 150g de cassonade
- 50g de beurre mou
- 50g de beurre de cacahuète
- 2 oeufs
- 1/2 sachet de levure
- 150g de farine
- 40g de pommes déshydratées (on en trouve au rayon des fruits secs, en supermarché)


On commence par mélanger, à la fourchette, le beurre mou et la cassonade. On ajoute ensuite le beurre de cacahuète pour un mélange extrêmement diététique. 
On incorpore ensuite 1 oeufs, puis la levure et enfin la farine. Pour finir, on intègre le dernier oeuf et les pommes déshydratées découpées en morceaux. 

Pour la cuisson, on dépose des tas de pâte en quinconce - les cookies vont s'étaler- pour l'équivalent de deux cuillères à soupe et on enfourne pour 12 minutes à 160°. Comme d'habitude pour les cookies, ils doivent colorer sur les côtés mais pas au centre, et rester moelleux. Ils vont sécher après la cuisson.


Merci merci ! 

2 commentaires:

Soupe automnale et croûtons de polenta

07:00 Ornithorynque Chafouin 10 Comments

Après la soupe de maïs, on continue la série des soupes-de-l'hiver-moins-chiantes-que-poireau-pommes-de-terre-fromage-râpé. 

Rien d'extrêmement original au niveau des ingrédients: des carottes, des carottes jaunes et du panais. 
Mais le goût légèrement sucré de la carotte jaune et du panais contrebalance un peu la carotte que je trouve souvent trop présente dans les soupes. 

Et puis pour rajouter un peu de gras là dedans et changer des croûtons secs et immondes en sachet, j'ai fait des croûtons de polenta aussi simples et rapides à faire que bons. 


Pour 4 personnes: 

- 3 carottes
- 3 carottes jaunes
- 2 panais
- un peu de persil
- 250g de polenta
- un peu de beurre
- un bouillon cube et de l'eau


On commence par la pénible tâche d'éplucher et de couper en morceaux les carottes et les panais. 
Ensuite, moi j'ai un cooking chef de kenwood trop cool qui fait tout à ma place. Mais toi, personne non folle qui n'a pas de robot qui pèse 25kg dans ta cuisine, tu vas devoir le faire toi même. Nonobstant, ça reste une soupe, c'est pas compliqué. 
Donc une fois les légumes épluchés et découpés en morceaux, je les fais revenir quelques minutes dans un fait-tout avec le beurre. C'est aussi le moment de saler et poivrer. 
Une fois les légumes saisis, on rajoute le bouillon cube dilué dans environ 1 litre et demi d'eau, et on laisse cuire à couvert 30 à 40 minutes. 
Une fois les légumes cuits, on les passe au mixer en rajoutant quelques feuilles de persil. 


Pour les croûtons de polenta, on commence par faire la polenta, et là blogueuse bouffe bonjour je te renvoie aux explications du paquet (grosso merdo, faire chauffer de l'eau, verser la polenta en pluie, mélanger jusqu'à ce que la polenta se détache des parois de la casserole). J'ajoute juste ma touche perso: un peu d'ail en poudre, de sel et de poivre pour relever la polenta qui, avouons-le n'a pas trop trop de goûts. 


Une fois la polenta prête, il faut l'étaler au rouleau entre deux feuilles de papier cuisson, en essayant de faire un rectangle - ou un carré hein- histoire de faire de jolis croûtons sans perdre trop de polenta. 

On laisse alors la polenta étalée refroidir une quinzaine de minutes. Quand elle est froide, on découpe des petits carrés. On fait chauffer un peu d'huile dans une poêle et on fait revenir les croûtons. Pour un goût plus relevé, on fait revenir les croûtons dans de l'huile d'olive. Pour un goût plus "neutre", dans de l'huile végétale. 


Merci merci ! 


10 commentaires:

*Mussel Chowder & Pretzel Bowls* (la recette sexy du lundi)

07:00 Ornithorynque Chafouin 5 Comments

Ou, en VO "chaudière de moules et bol bretzel". Chaudière de moules ouais. Y'a des trucs, comme ça et Friends, qu'on devrait jamais traduire. 


Le chowder, c'est une soupe de poisson/coquillage rendue épaisse par l'ajout de crème ou de lait. Donc oui, encore une soupe après la soupe de maïs et la soupe automnale et croûtons de polenta. A croire que je suis dans une phase soupe. J'attends qu'on descende de quelques degrés et je passe à la phase fromage, le mont d'or est déjà dans le frigo. 

Bref. Soupe de moules, ça a le droit de pas te parler. Le plus souvent le chowder est fait avec des clams, donc des palourdes. Mais j'avais la flemme d'aller chez le poissonnier et j'avais déjà des moules. Cela posé, si tu préfères les palourdes, la recette est la même. 

Passons au plus fun: le bol en bretzel. J'ai volé l'idée sur des blogs US et j'ai adoré le concept de pouvoir manger la vaisselle. Et puis honnêtement le pain, bien que très épais, est super bon. 

Pour info, tu as tout à fait le droit de faire un chowder sans le bol en bretzel. En revanche, je ne conseille pas de faire un bol avec un autre type de pain, puisque celui là est justement suffisamment épais et dense pour contenir la soupe. Tu peux toutefois faire un autre type de soupe dans ce pain là. Je me suis perdue moi même dans ce bordel mais en gros la recette est adaptable, quoi.

les proportions indiquées ici sont pour deux pains et deux portions de soupe en entrée. Si tu veux en faire un plat principal, il faut doubler les proportions. 

On commence avec les pains en bretzel. 


Pour 2 petits pains: 

- 150ml de lait tiède
- 50 ml d'eau tiède
- 2g de sel
- 1 cuillère à soupe d'huile végétale
- 5g de sucre
- 1 sachet de levure boulangère
- 280g de farine
- de la fleur de sel

Il faut également prévoir une grande casserole pour le bain de cuisson, avec dedans: 
- environ 1.5l d'eau
- 1 cuillère à café de sel fin
- 4 cuillère à soupe de bicarbonate de soude

Pour la préparation, si tu as un robot, il faut utiliser le crochet. Si tu n'as pas de robot, il faut utiliser tes petites mains. 

On commence par mélanger la farine et le sel dans un grand saladier. 

Dans un autre saladier, on mélange le lait et l'eau et on délaye la levure dedans. On ajoute ensuite le sucre et l'huile. 

On verse cette préparation sur la farine et le sel. Au robot, il y en a pour une dizaine de minutes de pétrissage. Pour ceux qui le font à la main, il faut arriver à une texture élastique, mais pas trop collante. 


On ramasse alors en boule, on couvre d'un linge et on laisse lever 1h dans un endroit chaud (chez moi, sur le radiateur). 

Une fois que la pâte a bien doublé de volume, on dégaze: ça veut juste dire qu'on enlève l'air "en trop" en pétrissant rapidement la pâte. On l'étale alors très légèrement. 

On divise le pâton en deux morceaux égaux et on en fait une boule en ramenant la pâte par le dessous. On laisse encore lever 15min, sur du papier cuisson.

Un peu avant la fin de la levée, on met le four à chauffer à 200°, et on fait bouillir l'eau, le sel et le bicarbonate dans une grande casserole. 

Armé d'un écumoire, on poche les pâtons dans l'eau environ 2min: 1 minute de chaque côté. On égoutte bien, et on redépose sur le papier cuisson. Il faut alors tracer une croix au couteau sur le dessus de chaque pain et saupoudrer de gros sel. 


Il faut enfin compter sur 25 minutes de cuisson à 200°, les pains vont prendre une jolie couleur caramel. 

Les bols sont prêts. 


Il suffit alors de leur ôter le chapeau et de creuser au couteau pour le transformer en bol.



Pour le Chowder:

- 1 pomme de terre
- 1/2 oignon
- 2 tranches de poitrine fumée
- 25cl de vin blanc
- 15 cl de lait
- un jaune d'oeuf
- une cuillère à soupe de crème fraiche
- 1 échalote
- un peu de beurre
- 700g de moules
- une branche de céleri


On commence par éplucher et couper en petits cubes la pomme de terre et le demi oignon. On les fait revenir, avec un peu de beurre, à la casserole. On ajoute ensuite la poitrine découpée en morceaux.

Dans un fait-tout, on s'occupe des moules: après les avoir nettoyées, on les fait cuire dans un fond composé du vin blanc, de l'échalote émincée et du céleri découpé en morceaux. La cuisson des moules est rapide, pas plus de 5 à 7min au risque de les rendre toutes caoutchouteuses.

On filtre le jus de cuisson et on l'ajoute aux pommes de terre. On ajoute également le lait, et on laisse cuire une quinzaine de minutes. Les pommes de terre doivent être juste fondantes.

Pendant ce temps là, on ôte les moules de leurs coques. Et on mélange le jaune d'oeuf à la crème fraiche, en pensant à assaisonner.

Une fois les pommes de terres cuites, on sort du feu et on ajoute le mélange de crème fraiche et les moules. Il ne reste plus qu'à servir dans les bols de bretzel.

Bon c'est pas très élégant, comme soupe. Mais c'est incroyablement bon (et lourd. Et gras.)



Merci merci ! 



5 commentaires:

Soupe de Maïs (poivron jaune et piment doux)

08:00 Ornithorynque Chafouin 0 Comments

"Soupe de maïs" sur le papier, ça me fait pas tellement envie. Alors que pourtant c'est SUPER bon. Et puis c'est vraiment simple et rapide à faire, parfait pour cet hiver. 


Pour 2 personnes: 

- 400g de maïs (tu peux prendre du maïs en boite. Mais bon, bof quand même. Tu peux t'embêter avec du maïs frais, aussi. Ou tu peux faire comme moi et prendre des épis de maïs bio précuits, c'est parfait)
- 1/3 de poivron jaune
- 1/2 petit oignon
- 1 gousse d'ail
- une demi cuillère à café de piment doux
- 70cl de bouillon style bouillon cube (ou poulet irait aussi)
- du persil pour la déco


On commence par détailler en petit cubes l'oignon, l'ail et le poivron. 
Dans une sauteuse (ou même un wok) huilée et sur feu fort on fait revenir d'abord l'oignon et l'ail, puis le poivron. En dernier, on ajoute le maïs. 

Un fois que l'ensemble a bien coloré, on ajoute le bouillon directement dans la sauteuse, et on baisse le feu. On ajoute alors le piment doux et on laisse mijoter 20min. 

Pour finir, on mixe le tout. Alors j'ai d'abord essayé au mixer "plongeur". J'étais pas satisfaite du résultat qui restait assez grumeleux. Du coup je l'ai passé quelques minutes au robot et c'était beaucoup mieux. C'était l'astuce inutile du jour. Pour la déco, un peu de piment doux et du persil et basta.
petit edit en passant: pour une soupe plus homogène, on peut la passer au chinois, histoire d'enlever les fibres restantes du maïs. 


Merci merci ! 

0 commentaires: