Fluffly Pancakes d'automne (Potiron and bonheur inside)

11:43 Ornithorynque Chafouin 1 Comments



J'ai pas de passion particulière pour le potiron donc autant te dire que je sais pas pourquoi je me suis lancée dans cette recette.
Ah, si: je peux pas résister à l'étal de mon primeur et j'achète systématiquement des trucs inutiles juste parce que c'est si beau, de tout disposer sur mon buffet.

Mais j'ai VRAIMENT pas regretté parce que ces pancakes étaient merveilleux. Le goût du potiron est présent mais pas trop (en gros il donne un côté doux et sucré), la texture est super moelleuse comme il faut, et les épices/le potiron/le sirop d'érable, ça va parfaitement bien ensemble. 


Voilà pour la genèse du pancake.

Si tu as acheté, comme moi, une tranche de potiron ou PIRE: un potiron entier, il faut encore le cuire.
Pour ce faire, tu la coupes en gros morceaux, tu cuis à la vapeur (15-20min), t'épluches, tu découpes en plus petits morceaux, pas compliqué. Attassion: pour cette recette c'est important de cuire à la vapeur (ou au four) mais pas DANS l'eau. Sinon le potiron va se gorger d'eau et les proportions de la recettes ne seront pas bonnes.

Sinon, tu peux aussi acheter des cubes de potiron chez picard mais c'est un peu dommage vu que là, c'est de saison.

Armé(e) de tes morceaux de potirons, t'es prêt(e) pour les meilleurs pancakes de ta vie.

Pour une quinzaine de pancakes:

- 150g de farine
- 2 cuillères à soupe de sucre roux
- 1 cuillère à soupe de levure chimique
-20cl de lait environ
- 180g de potiron cuit
- 1 oeuf
- 2 cuillères à soupe d'huile végétale
- des épices si tu veux: moi j'ai fait un mélange cannelle, gingembre, muscade.

Pour la préparation c'est franchement pas compliqué. Dans un saladier tu mélanges tous les ingrédients secs: la farine, le sucre, la levure, les épices si tu en mets.


Dans un un autre saladier, tu réduits le potiron en purée (moi j'ai foutu un fou de mixer plongeant parce que #laflemme) et tu ajoutes le lait, l'oeuf et l'huile. 


Tu mélanges bien à la fourchette, puis tu verses ce mélange dans le premier saladier contenant les ingrédients secs.
Là tu continues à bien touiller avec le fouet. Si besoin tu rajoutes du lait, pour obtenir la consistance désirée (moi, j'en ai pas rajouté). 


Reste plus qu'à faire les pancakes ce qui, à mes yeux, est la chose la plus chiante de l'univers. Tu fais chauffer ta poêle avec un peu d'huile, tu disposes ton tas de pâte et quand des bulles se forment à la surface hop tu retournes.
Tu fais ça pendant environ 8h avec tes 12L de pâte, à te faire chier derrière ta poêle et c'est bon, c'est prêt!



(PS: si tu as plus de potiron à écouler, tu peux aller voir ma recette de muffin ici)

1 commentaires:

Défi Burger n°2: le Devil Burger

07:00 Ornithorynque Chafouin 3 Comments



Si tu as bien suivi, c'est la journée où on se bouche les artères, si tu ne sais pas de quoi je parle, file voir ma recette de crispy burger.

Franchement, ce burger ne pouvait avoir d'autre nom. Il est juste monstrueux, mais dans le bon sens du terme, celui où après avoir mangé tu veux juste te rouler en boule dans ton gras et te lancer dans une sieste post prandiale qui durera probablement 4 jours.

Clairement, c'est ni healthy, ni vegan. Beaucoup de gras, de fromage et de viande. Et de l'alcool. En gros tu me sers ça sur le torse de - insère ici le nom de quelqu'un mondialement reconnu comme hot, sinon moi je vais dire Robert Hossein- et t'as enfreint tous les pêchés capitaux d'un coup, environ.

Le concept, c'est quoi ? Deux sauces: une au fromage (et à la bière) et une au whisky, deux viandes: du bitftek et du bacon, deux fromages: du cheddar et du bleu. MAIS UN SEUL BONHEUR DANS MA BOUCHE.



Pour 4 burgers:

- 4 pains à burgers
- 4 bifteck ou 4 steak hâchés (140g pièce)
- 12 tranches de lard fumé
- 80g de bleu d'auvergne ou de stilton
- Du confit d'oignon (la recette ici, utiliser 4 oignons, 4 cuillères à soupe de sucre et 4 cuillères à soupe de balsamique)

- pour la sauce cheddar:
100g de cheddar
20g de beurre
2 cuillères à soupe de farine
60ml de lait
60ml de guiness

- pour la sauce whisky
60ml de whisky
60ml de ketchup
2 cuillères à soupe de worcestershire sauce
2 cuillères à soupe de sauce soja
1 cuillère à soupe de moutarde de dijon

On commence par faire le confit d'oignon, comme expliqué ici. ça, tu peux le préparer à l'avance, ça se conserve bien.

On passe ensuite à la sauce cheddar en faisant fondre le beurre dans une casserole. Quand il commence à crépiter, on verse la farine afin de réaliser un roux. On ajoute ensuite le lait et la guiness. On finit avec le cheddar préalablement râpé. On mélange à feu moyen jusqu'à ce que la sauce soit homogène.

On finit - pour les sauces - avec la sauce whisky en ajoutant l'ensemble des ingrédients dans une casserole sur feu fort, en mélangeant au fouet et en maintenant l'ébullition jusqu'à épaississement.

Passons à la viande et hachons les bifkteck pour les aplatir ensuite et déposer au centre le fromage bleu. On forme une boule avec la viande pour emprisonner le fromage en son coeur. On passe enfin à la pôele selon la cuisson désirée.


Dernière viande en lice: le bacon, qu'on passe à la poêle, ça tu sais faire.

Pour le montage, on étale sur le premier bun de la sauce whisky, puis de la sauce cheddar. On dépose ensuite le steak au bleu, on rajoute de la sauce cheddar, du confit d'oignon, du bacon et encore du pain.


Surtout SURTOUT va pas me foutre une tranche de légume au milieu. Bisous






3 commentaires:

Défi Burger n°1: Crispy Burger

07:00 Ornithorynque Chafouin 4 Comments



C'est le premier burger que j'ai réalisé pour le défi que m'a lancé @sand_G pour illustrer son article dans NowMagazine sur les burgers, et j'en suis assez contente.

Plus "light" (hum) que le Devil Burger qui est également publié aujourd'hui, il est à la fois bien épicé et frais. Ca crounche bien avec le crispy chicken et c'est bien moelleux avec le chèvre frais. Bref, ça m'a bien plu, je me kiffe bien, ça va.

Pour les buns (des deux burgers) j'ai utilisé la recette que tu peux trouver ici. Là, j'ai un peu innové en parsemant les buns de graines de cumin et de curry.


Pour 4 burgers:
- 4 buns à burger
- 4 blancs de poulet
- 200g de corn flakes nature
- 2 oeufs
- de l'huile de tournesol
- 1/2 concombre
- 100g d'achards de légume
- 1 chèvre frais type petit billy

On commence par détailler le blanc de poulet en aiguillettes.
 Dans une première assiette creuse, on fouette en omelette les deux oeufs.


Dans une seconde assiette creuse (t'as vu faut du matos), on écrase les corn flakes avec les doigts.

Si jamais tu te demandes (mais j'en doute) oui c'est bien la même recette que celle de mon crispy chicken. Je me suis pas foulée dis donc.

On passe ensuite les blancs de poulet d'abord dans l'oeuf, puis dans les corn flakes pour les recouvrir entièrement.

On passe ensuite le tout à la sauteuse avec un peu d'huile de tournesol.


On finit la cuisson au four, à 180° pendant environ 15 min.

On coupe les buns, on étale sur une tranche le chèvre frais, on dépose le poulet dessus, puis les archards et enfin le concombre en tranches et on referme. et on mange.

Allez les gros, on file voir la 2e recette du jour !



4 commentaires:

Pain à burger V2

07:00 Ornithorynque Chafouin 3 Comments



Oui, V2 parce que j'ai déjà fait une recette de bun - qui était très bien- ici. Pourquoi changer, me diras-tu ?
Eh ben parce que Sandrine, de la Pinardothek, elle me fout des défis comme ça. Le défi que j'ai relevé, tu le verras ici (et ailleurs, uhu, suspense) le 25 septembre.
Mais sache qu'il impliquera du pain à burger. Du coup, il te reste plus que 4 jours pour te perfectionner, grouille toi.

Pour 6 pains à burger:
- 500g de farine T55 ou 65
- 10g de sel
- 15g de levure fraiche de boulanger
- 25g de sucre
-200ml d'eau à température ambiante
- 75ml de lait à température ambiante également
- 1 oeuf
- 30g de beurre mou

Pour la dorure:
- 1 oeuf entier
- un peu de lait
- au choix: des graines de sésame, de cumin, du curry etc..

Personnellement, j'ai fait ma pâte au robot, muni du crochet. Mais tu peux bien évidemment la faire à la main.

Au fond du robot, je verse l'eau, le lait et la levure. Par dessus, je verse la farine, le sel et le sucre et enfin, l'oeuf.

Tu fais tout pareil dans ton saladier, si tu n'as pas de robot et tu mélanges à la cuillère en bois.

Quand la pâte commence à former une boule mais qu'elle est encore collante, on ajoute le beurre, en plusieurs fois, jusqu'à ce qu'il soit bien incorporé.

On continue de pétrir jusqu'à ce que la pâte soit lisse, élastique et toujours un peu collante.


On met alors la pâte en boule dans un saladier légèrement huilé, on filme au contact avec du film alimentaire et on laisse lever 2 bonnes heures, le temps que la pâte double de volume.

Tu peux aussi choisir de faire une pousse lente et de laisser ta pâte une nuit au frigo (ou une journée, comme moi, ça marche très bien).

Quand ta pâte est prête, on la dépose sur un plan de travail et on la dégaze: tu la plies plusieurs fois sur elle-même pour ôter l'excès "d'air".

Là normalement tu as de quoi faire environ 6 à 8 morceaux de poids identiques, entre 100 et 120g.


Tu en fais des boules , tu les déposes sur une plaque avec du papier sulfurisé en dessous, tu recouvres avec un torchon et tu laisses encore pousser pendant 1h30 à 2h.


Quand la 2e pousse est terminée, tu peux préchauffer ton four à 200°. On dore alors les buns avec un mélange oeuf entier et lait (si tu ne mets que de l'oeuf, le bun sera certes plus doré mais il y aura des traces moches).



Là c'est le moment de pimper comme tu l'entends. Moi cette fois-ci j'ai fait une moitié de buns au sésame, et une moitié cumin-curry.



Compte environ 15 minutes de cuisson et c'est bon, rendez-vous le 25 septembre <3

3 commentaires:

Spaghettis - crème d'aubergine aux anchois

06:30 Ornithorynque Chafouin 9 Comments

Principal but de cette recette: satisfaire mon envie d'anchois qui dure depuis le retour des vacances.
Tu savais, toi, qu'on trouvait pas d'anchois sauce piquante dans les supermarchés parisiens ? J'ai fait tous les monop/super U/ casino du coin et RIEN, que dalle, je suis dégoûtée. D'ailleurs si tu as des plans anchois, pas loin de chez moi, je prends.


Je me suis donc rabattue sur les anchois mais sans la sauce piquante, mais en boite quand même. C'était vachement bon et ça permet le retour en douceur des #recettesdelaflemme.

Pour deux personnes:
- environ 200g de spaghettis
- 2 aubergines
- 6 anchois en boite
- 1 gousse d'ail
- du parmesan
- quelques tomates coeur de pigeon
- un bouquet de basilic
- huile d'olive, poivre

On commence par faire cuire les aubergines, au four, à 180°. On coupe les aubergines en deux, on taille des petits croisillons au couteau, on verse un filet d'huile d'olive, un peu de poivre, et au four pour environ 30 à 40 minutes.



Une fois les aubergines cuites, il faut en passer la chaire au mixer, avec la gousse d'ail (épluchée, dégermée, c'est mieux), le basilic et les anchois.


Avec six anchois, le goût est assez prononcé. Pour un goût plus subtil, tu peux n'en mettre que trois.

Une fois que c'est mixé, c'est quasi prêt, c'est pas une recette de la flemme pour rien.


Suffit de faire cuire les pâtes (9 minutes a priori mais regarde sur le paquet), à les mélanger avec la crème d'aubergine, de décorer avec les tomates, un peu de basilic et de parmesan, et c'est prêt!


9 commentaires:

#EnjoyBurning La recette du brownie pas cramé

22:22 Ornithorynque Chafouin 8 Comments

Décidément, on peut plus compter sur les youtubeuses beauté pour donner des recettes de cuisine correctes (si tu ne sais pas de quoi je parle, je t'invite à faire une recherche "enjoycooking" sur twitter et instagram).


Du coup, si t'es dégoûté d'avoir fait cramer ta cuisine (mais qu'il t'en reste quand même un bout) avec sa recette, et que t'es frustré du brownie, voilà une recette qui - a priori- ne requerra pas l'intervention des pompiers (sinon c'est le 18).

Cette recette, pour une fois, je l'ai tirée d'un livre et je n'ai rien touché. Le livre, c'est celui là:


Des livres de cuisine, j'en ai beaucoup, j'adore les feuilleter mais bizarrement, quand il s'agit de cuisiner là j'oublie totalement leur existence et je fais n'importe quoi. C'était donc un gros effort pour moi, t'imagines pas. 


Surtout que les ingrédients/proportions m'ont parus totalement WTF. Genre le gâteau à l'huile et au beurre avec 3 tonnes de sucre. Mais pourquoi pas, c'est un brownie, pas une soupe de Kale. 

Sinon, c'est un bien joli livre avec des recettes chouettes, même si parfois les traduction laissent à désirer. Par exemple, la recette me suggérait de faire fondre le chocolat à la poêle. Je veux bien, mais une casserole c'est quand même mieux. Bref. La recette. 

Pour 1 brownie: 
à faire fondre:
- 325g de chocolat noir
- 125 de beurre
- 25g de cacao en poudre non sucré
à fouetter:
- 60g d'huile de tounesol
- 265g de sucre roux
- 1 gousse de vanille (ou 1/2 cuillère à café d'extrait de vanille)
- 3 oeufs entiers
- 3 jaunes d'oeufs
ingrédients secs:
- 150g de farine
- 1/2 cuillère à café de sel
- 100g de chocolat noir

On commence par la liste des ingrédients "à faire fondre"... Qu'on fait fondre (à la casserole, donc).


Pendant ce temps, on fouette les ingrédients "à fouetter", dans un saladier. T'as vu c'est pas con comme présentation de recette (c'est celle du livre). Ma seule précision à cet égard c'est qu'on fouette peperlito. Le but c'est pas d'aérer la préparation, juste de faire fondre un peu le sucre. Donc ne me fouette pas ça comme si tu faisais monter les blancs, c'est pas le but: le brownie c'est compact.


A cet égard, on soulignera l'ineptie totale de la vidéo #enjoycooking, où le gâteau est réalisé au robot, avec le fouet. DEBILOS. 

Dans le saladier, on rajoute ensuite la farine et le sel, puis le mélange au chocolat fondu. On finit enfin avec les 100g restant de chocolat noir, qu'on aura "râpé" au couteau.


On mélange bien et on verse le tout dans un moule à brownie bien beurré et fariné. Et hop au four............ Et c'est là qu'il faut se concentrer, Marie. Pas à 300°. Pas celsius sinon....



(d'ailleurs pas 300°F non plus, ça ne cuirait pas)

Donc on enfourne à 180°C, soit une température tout à fait normale à laquelle environ 90% des gâteaux cuisent, pendant 35 minutes environ.


Au final, pas de déception sur la recette: c'est un vrai brownie, qui colle aux dents, bien fondant à l'intérieur et avec une super croûte sur le dessus.



En revanche, c'est très très TRES chocolaté. Sois prévenu.


8 commentaires:

Aller chez nous ou rester chez soi ?

09:35 Ornithorynque Chafouin 0 Comments

Afin d'alimenter la nouvelle section des "bonnes (ou mauvaises) adresses", j'ai forcé tous mes amis (both of them), à sortir tester des nouveaux endroits. 


Mon choix s'est porté sur "Chez nous", vu que sur leur site, ils disent avoir pour passion le bon vin et la bonne bouffe. 

Arrivés à 19h30, on a eu de la place direct au bar (de toute façon y'a pas vraiment de tables) donc on était plutôt #contan. 


L'endroit est joli, clairement. Mais petit. Mais joli. Pas vraiment de musique ni d'ambiance mais compte tenu de la configuration des lieux (j'ai dit que c'était petit ?) c'est hyper rapidement TRES bruyant, ce qui est plutôt pénible. Et puis la déco est jolie, mais ils sont pas foutus de ranger la "cuisine" et j'ai trouvé ça un peu vilain. Et crado. 


Mais l'avantage, c'est que tu peux sortir faire des pauses clopes avec ton verre, tu dérangeras personne vu que t'es en plein milieu d'un no man's land. 

Le bar est en effet situé au début de la rue dauphine, quasi au croisement avec les quais des grands Augustins. Middle.Of.Nowhere. 

On était d'ailleurs assez étonnés du monde sur place, vu le manque total d'intérêt du quartier. Mais passons, on est là pour manger, et pour boire. 

Première passion prétendue des propriétaires: le bon vin. Oui, ok. Y'a une sélection sympatoche, même si elle casse pas trois pattes à un canard, et clairement ils se font une belle marge. Quand on le fait remarquer au serveur, il répond en défonçant la concurrence, bien bien. 

On a commencé par ce vin là qui était mouif. 


On nous a ensuite conseillé celui là qui était vraiment chouette (et au même prix). 



Voilà, maintenant que ma carrière de blogueuse vin est lancée (pour des vrais conseils vins, va voir la pinardothek), on peut passer à la bouffe. 

On a environ tout bouffé, comme souvent. 

On a commencé par une planche de charcuteries et une planche de fromages.Globalement, pas hors de prix vu la quantité, mais le niveau est assez inégal. Le jambon et le gouda à la truffe sont à tomber par terre, le reste on s'en fout un peu. 



On a ensuite pris du saumon, de la fêta, et des sardines. Franchement...moyen d'intérêt. C'était bon, mais sans plus. On s'est pas régalés, on a même pas fini nos assiettes, ce qui nous arrive environ JAMAIS. 




Les serveurs, vers le milieu de soirée (ou étions-nous suffisamment avinés?) semblaient sympa. Ils nous ont offert deux spritz pour mes amis, un shot de je ne sais quoi pour moi (je l'ai regretté). 

Et puis au détour d'une pause clope, on s'est fait voler nos tabourets. CRIME. Je veux dire c'était nos tabourets, on était là depuis 19h30 on les avait mérités. Et là 3 connasses débarquent, VOLENT nos tabourets et personne dit rien ? Je vais donc dénoncer au serveur. Qui s'en branle. Complètement. Et qui me regarde genre -_-. On comprend ensuite que les connasses, c'était des copines des serveurs. Du coup nous, on en avait rien à foutre. Comme on a pas de race, on est allés réclamer nos tabourets aux jeunes filles qui, apitoyées par notre grand âge, les ont rendu. Mais du coup, on a trouvé les serveurs beaucoup moins sympa. 

On en arrive à la fin de la soirée et surtout, à l'addition. Et là bim, ça cogne quand même (bon certes on a pris toute la carte).


Y'avait du très bon mais le "sans intérêt" prend quand même le dessus. Si tu rajoutes à ça le quartier un peu boring, les prix et le bruit, franchement: je reste chez moi. 




0 commentaires:

Tomates confites - l'été en bocal épisode 2

06:00 Ornithorynque Chafouin 0 Comments



On continue à mettre l'été en bocaux avec une recette que vous avez intérêt à faire rapidement parce qu'après finito les tomates (en théorie, si tu veux pas bouffer de la tomate dégueu).

C'est hyper simple à faire puisqu'en vrai, y'a rien à faire mais c'est juste LONG. TRES LONG. Genre ça te mobilise ton four pour la journée, donc tu pourras rien faire d'autre. Une recette du dimanche, où tu peux rester vautré sur ton canapé en attendant que les tomates soient confites, quoi.

Et puis, y'a pas vraiment de liste d'ingrédient non plus, puisque j'ai rien pesé <3

Mais t'inquiètes c'est pas compliqué. L'important, c'est qu'il te faut des tomates torino. C'est les tomates longues. Et ça se trouve beaucoup plus facilement qu'on pense.


Il te faudra aussi de la bonne huile d'olive, du sucre en poudre et des herbes de provence.


Pour la réalisation, c'est tout con: tu coupes les tomates en quartier, tu les disposes sur une plaque chemisée d'un papier sulfurisé, tu saupoudres 1 cuillère à café de sucre sur les tomates, un peu d'herbes de provence, tu verses un peu d'huile d'olive en filet, et c'est TOUT.


Reste plus qu'à enfourner entre 90 et 100° (me faites pas une #enjoycooking, hein) et là c'est long, long, long. Moi j'en ai eu pour 6h, pour te dire.

Régulièrement, genre toutes les 2h tu retournes les tomates. Mais c'est tout.


Quand elles sont bien desséchées, y'a plus qu'à les mettre dans un bocal, et de remplir d'huile d'olive.

Après tu peux t'en servir pour mettre dans tes salades, dans la focaccia, dans des quiches, sur une pizza, bref, t'as le choix.

0 commentaires: